Les lauréats du Pulitzer 2016 « Breaking News Photography » : la réalité des réfugiés, droit dans les yeux

Chaque année depuis l’an 2000, un prix Pulitzer est décerné à un ou plusieurs photographes pour leur travail dans la catégorie « Breaking News Photography ». Lors de l’édition 2016, 4 photographes ont été récompensés : Mauricio Lima, Sergey Ponomarev, Tyler Hicks et Daniel Etter.

Il s’agit de photographes travaillant tous plus ou moins directement pour le New York Times. Est-ce le hasard, le signe que le Times sélectionne les meilleurs photo-reporters dans le monde, ou une volonté de la commission Pulitzer de récompenser autant les photographes que le Times ?

Des images tristes à pleurer

Peu importe… En tous les cas, leur travail mérite très clairement d’être récompensé. Si triste humainement, si beau visuellement… Des photographies dingues : humainement, historiquement, émotionnellement, « journalistiquement » et même esthétiquement. Ces clichés, dont certains sont à pleurer, sont peut-être le regard le plus juste et objectif qu’on peut avoir sur la « crise des migrants ». Hors politique et considérations sociales, s’arrêter 2 minutes pour observer, de visu, l’importance du phénomène et l’impact sur les populations qui en souffrent : les acteurs de la migration. Des naufragés, des marcheurs exténués, pourchassés. Des gens (hommes, femmes et enfants) en sang, apeurés, en pleurs dont beaucoup y laissent leur peau.

La réalité en face

Parfois il faut regarder la réalité en face  (même si focaliser sur une photo ne rendra jamais la réalité aussi dure qu’elle n’est) et mettre de côté les mots, qui peuvent noyer la réalité sous le poids de la diplomatie, des pressions économiques ou politiques. Parfois même, l’objectivité du journaliste l’empêche de voir les faits tels qu’ils sont, à trop vouloir chercher l’antithèse d’une thèse pourtant évidente. Quand ce n’est pas la peur du plagiat ou du « déjà vu » qui le pousse à chercher un angle original. Une photo, elle, ne triche pas. Elle montre les choses comme elles sont à un instant T. Parfois les couleurs changent, le cadre aussi, la lumière un peu. Mais le sujet est bien là, au centre de l’image, si possible dans son contexte.

Charge à ces photographes, de ne pas tricher avec la réalité, car, finalement, eux-seuls la connaissent pleinement.

POUR INFO

Pour donner plus de visibilité à ces photographies et ces photographes, je me suis permis de reproduire leurs images ici. N’hésitez pas à visiter leurs sites respectifs, celui du New York Times ou du prix Pulitzer pour en savoir plus sur ces images et leur contexte.

Voir le diaporama Pulitzer complet

A propos de l'auteur

VUZZ est à l'origine du projet. Il anime le site et publie régulièrement (ou pas) des articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.