Après Vincent Bolloré qui prend la direction de Canal+, c’est au tour de Matthieu Pigasse d’acheter Radio Nova à titre personnel. Merde… Quelque chose est perverti dans les médias qui me faisaient encore aimer les médias, tant bien que mal. Reste-il encore quelques résistants ?

Cet article a été réalisé en mode BLOG

Les médias incriminent Vincent Bolloré qui fait déjà acte de censure chez Canal+ et on apprend dans la foulée que Matthieu Pigasse achète Radio Nova, un autre média emblématique du paysage alternatif et créatif français. Déception...

Quand l’esprit Canal devient hanté

Bon OK, côté Canal+, c’était déjà bien mal barré depuis un moment. Toutefois, on pouvait encore sentir perdurer un soupçon de résistance grâce aux Guignols (plus vraiment au top), Groland (qui tourne en boucle) et surtout avec le Petit Journal. Mais aujourd’hui, que reste-t-il de l’esprit Canal ? Cette créativité, cette dérision, cet humour, ce décalage, cette impertinence… A part Yann Barthès et son équipe (et encore, quand ils ne versent pas dans la critique gratuite, subjective ou facile) et quelques personnalités ou programmes courts par-ci par-là (je suis très fan de « Bloqués » avec Orelsan et de Cyrille Eldin). Franchement c’est un peu léger. De cette nostalgie devenue presque utopique il ne reste finalement plus grand-chose à quoi s’accrocher.

Et cela ne va pas aller en s’améliorant si mister Bolloré continue de censurer les documentaires qui picotent et s’il persiste à s’affranchir de l’esprit Canal qui a fait le succès de cette chaîne ; plus que le foot et les films à mon sens. Voir son avis sur la question en février 2015 : « Vincent Bolloré sur « l’esprit Canal » : « C’est parfois un peu trop de dérision » ».

Je suis prêt à parier quelques dollars que Le Petit Journal va devoir nettement s’adoucir dans les mois à venir et arrêter de contrarier les connexions politiques de Bolloré. Il ne faut pas sous-estimer le poids médiatique de LPJ.

Radio Nova : Bizot et RKK doivent se retourner dans leurs tombes

Déjà un peu refroidi par la nouvelle de l’enfoncement de la chaîne cryptée, ce jeudi soir vers 18h, j’écoutais ma radio préférée quand Hervé Kempf pris le micro dans le cadre d’une chronique que l’écologiste anime régulièrement en partenariat entre Reporterre et Nova. Sa question aux deux animateurs de Nova présents à ce moment-là dans le studio, à peine installé devant le micro : « Vous ne me demandez pas comment ça va ? ». Réponse « Heu… Oui… Comment ça va Hervé Kempf ? ».

S’en est suivi un long monologue de 5 ou 10 minutes (« Une sale nouvelle pour la liberté de la presse : l’oligarque Pigasse s’approprie Radio Nova ») au cours duquel le journaliste écolo a craché son dégoût face au rachat de la radio par Matthieu Pigasse le jour même (en réalité déjà annoncé en mai). Après avoir dressé un portrait peu glorieux du banquier et homme de médias, il annonce envisager très sérieusement de cesser le partenariat avec Reporterre, le site Web dans lequel il officie en tant que Rédac’ Chef depuis son départ du journal Le Monde, suite, déjà, au rachat du quotidien par Bergé, Niel et… Pigasse. Hum…

Petit silence gêné (et pas très radiophonique) à la fin de son intervention.

Quand on creuse le filon « Pigasse » sur le Web on note que Matthieu et sa famille travaillent beaucoup dans les médias mais que le nouveau boss de Nova passe plus de temps à faire du bizness qu’à écrire des éditoriaux. Il s’agit de l’actuel directeur de la banque Lazard en France et son CV est long comme le bras dans le milieu des affaires internationales. Ce qui n’est pas un mal en soi tant qu’il fait son job honnêtement. Ce qui choque par contre, c’est le gouffre entre son expertise plutôt économique que culturelle pour prendre la main sur une radio comme Nova dont la tonalité me semble à des années lumières. Tant qu’il ne s’implique pas dans la programmation musicale ni la tonalité, ni la liberté d’expression des animateurs et journalistes, je continuerai à scotcher sur 101.5 FM. Mais à la moindre incartade…

On pourrait se rassurer en se disant que le type a bon goût : il a déjà racheté les Inrocks (le magazine) en 2009 après avoir bossé sur le rachat de Libération (2005) par Edouard De Rothschild, investit dans Rue89, devient l’un des principaux actionnaires du groupe Le Monde (2010), devient actionnaire majoritaire du Nouvel Obs’ (2014) et pousse le vice jusqu’à devenir le président des Eurockéennes de Belfort depuis cet été. Ah oui quand même !

Avec un tél appétit médiatique on pourrait facilement y déceler une volonté de contrôle sur la pensée culturelle collective de gauche en France. Avec un soupçon de paranoïa quoi… Certains répliqueront : avec son fric ces médias « alternatifs » donc pas vraiment riches auront accès à des moyens plus conséquents et donc une meilleure visibilité. Oui, peut-être. Mais j’ai souvent remarqué que le fric avait tendance à dénaturer l’esprit originel (et souvent la qualité qui va avec) des projets médiatiques ou culturels. Espérons que je me trompe.

Heureusement, ce cher Rémy Kolpa Kopoul est parti avant de voir ça

Que reste-t-il pour s’informer de manière indépendante et créative ?

Bon. Aucune chaîne TV ne répond actuellement à mon « cahier des charges » en matière de qualité de l’information, d’indépendance et d’état d’esprit. Plus ça va et moins je regarde la télé. Heureusement qu’il existe, de manière éparse, quelques émissions qui me correspondent comme Cash Investigation (France 2), Le Petit Journal (mais pour combien de temps ?), Rendez-Vous en Terre Inconnue (France 2), les documentaires d’Arte, France 5, Canal et parfois France 4. Et puis quelques séries qu’il faut aller chercher sur Canal, Netflix ou OCS, parfois Arte. Point barre.

Bizarrement j’ai l’impression qu’il faut se tourner vers le papier pour voir de bonnes choses. Personnellement je suis attentivement le parcours de XXI (et son petit frère 6 Mois) dans une veine « grands reportages au long cours ». Je suis toujours aussi fan du Courrier International même si le trio Pigasse/Berger/Niel en est propriétaire – comme quoi c’est pas forcément négatif. Et puis j’apprécie de temps à autres la lecture de Society.

Pour découvrir de vraies alternatives modernes, créatives et indépendantes, il faut souvent se tourner vers Internet. Jetez donc un coup d’oeil du côté de Basta Mag par exemple. Il y a aussi de beaux projets en développement qui méritent qu’on s’y intéresse. Je pense à Le Quatre Heures et surtout au très prometteur Les Jours (constitué d’anciens de Libé) qui devrait bientôt faire son apparition sur nos écrans.

Tout n’est pas perdu mes amis ! La relève s’organise.

ET MAINTENANT ?
Creuser un peu plus loin

Découvrez le SPIIL (Syndicat de la Presse Indépendante en Ligne).

Agissez maintenant !

Allez lire un article sur Basta Mag.

Bolloré et Pigasse : les nouveaux patrons de nos médias « créatifs »
Un article de synthèse faisant le point sur deux faits marquants du mix médias/bizness avec des recommandations de lecture en conclusion. Ça manque de recherches personnelles et de vérification des sources avant de les relayer.
objectivité20%
qualité journalistique10%
qualité rédactionnelle50%
qualité des sources30%
temps de maturation10%
état d'esprit90%
Positif
  • état d'esprit
  • engagement
  • travail de synthèse
Négatif
  • pas de vérifications
  • subjectif
  • superficiel
35%Autocritic
Note des lecteurs: (0 Votes)
0%

A propos de l'auteur

VUZZ est à l'origine du projet. Il anime le site et publie régulièrement (ou pas) des articles.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.